unité de japonais

La langue écrite de l’ère Meiji est en train de basculer dans l’univers des « classiques » (koten). Il n’est plus rare en effet de voir paraître aujourd’hui des traductions en japonais contemporain de textes écrits à la fin du XIXe siècle, avant que ne s’impose définitivement la syntaxe moderne. L’univers linguistique de Meiji est complexe. Les auteurs, suivant les circonstances, ont à leur disposition toute une palette de styles qui s’étend du chinois pur (kanbun) au japonais néoclassique (gikobun) en passant par toutes les nuances intermédiaires. Nous tenterons d’approcher cette diversité à travers d’exemples tirés de la presse, de textes de loi, de correspondances privées, de manuels scolaires, d’essais philosophiques et politiques, de descriptions journalistiques de la nouvelle Tokyo, ou d’œuvres de fiction.

Objectifs:

1.        基本的な文語の文法と文章を理解する。

2.        文語のテクストの内容を日本語で説明できる。

3.        読んでみたい文語のテクストを選んで、その歴史や作者を理解し、日本語で発表する。

Objectifs:

1.        日本言語学の概要を理解する。

2.        言語学の研究を実施し、日本語研究法を学ぶ。

3.        言語学研究結果を日本語でまとめ、発表する。

Emprunts culturels et circulation de savoirs (printemps 2018)

Profs. L. Zhang et S. Guex

Les Occidentaux ne perçoivent pas toujours très bien les spécificités historiques et culturelles de la Chine, de la Corée et du Japon. Pourtant, ils envisagent presque toujours ces pays selon une logique individuelle, et souvent par rapport à l'histoire européenne. Ce séminaire a pour objet d'aborder au contraire ces trois pays les uns par rapport aux autres, dans une perspective internationale, approche qui se justifie parfaitement étant donné l’étroitesse et la profondeur des liens historiques, culturels, et politiques entre eux. Trois dimensions seront privilégiées : les relations directes entre la Chine, la Corée et le Japon ; les représentations intellectuelles ou idéologiques quant à ces relations ; et la comparaison entre ces trois pays dans leur processus de modernisation.

Expression orale en japonais.

Complément au cours donné par le Pr P. Souyri avec Elsa Gonay, Constance Sereni et Ayako Shibata.