Les premiers textes hiéroglyphiques sont inscrits sur les parois et façades des monuments funéraires privés à partir de 2500 av. J.-C. Parmi ceux-ci, une place importante est occupée par des textes successivement désignés comme « textes historiques », « Urkunden » et enfin « autobiographies ». Ces textes constituent une source majeure pour l'étude de l'histoire, du pouvoir, et de l'élite à l'Ancien Empire.
Après un bref survol de l'histoire de l'écrit et de l'évolution de l'architecture funéraire privée durant la première moitié du troisième millénaire, nous étudierons le développement des pratiques inscriptionelles dans les tombes privées à la Vème dynastie (env. 2500-2300 av. J.-C.). Parmi ces inscriptions, l'attention portera plus particulièrement sur le corpus des textes autobiographiques, qui seront présentés dans leur développement historique. Les textes seront contextualisés dans l'espace des monuments et des nécropoles privées et royales où ils sont inscrits. Seront abordées également diverses questions directement liées à ces textes : Comment et dans quel contexte ces textes émergent-ils? Comment une textualité privée se développe-t-elle dans le contexte d'un État aussi fortement centralisé que celui de l'Egypte de l'Ancien Empire ? Dans quelle mesure ces textes peuvent-ils constituer des sources historiques primaires ? Quelles sont les relations entre autobiographies et autres textes funéraires inscrits dans les mêmes espaces ?
Aucune connaissance de la langue égyptienne n'est requise puisque les textes seront présentés en traduction. Le cours est ouvert aux étudiants en égyptologie débutants et avancés, mais également aux étudiants des autres disciplines qui souhaitent découvrir l'histoire des textes et des sources égyptiennes.